Yoon Wi | Le chemin #7 – Claude Arsène Savadogo

Bioprotect, démocratiser l’agriculture biologique au Burkina Faso

En Afrique de l’ouest, l’utilisation de pesticides et fertilisants chimiques est très répandue chez les producteurs agricoles. Avec l’arrivée de ces produits chimiques venus d’occident après la colonisation, ces derniers ont délaissé la production biologique pratiquée traditionnellement, attirés par les faibles coûts des engrais et l’obtention de meilleurs rendements à très court terme. Cette utilisation est devenue la norme pour les agriculteurs, détériorant les sols et la santé des hommes.  Comme ses voisins d’Afrique de l’ouest, le peuple burkinabé ne connaît donc pas vraiment les légumes biologiques : d’après une étude réalisée par BioProtect, 7 personnes sur 10 ne font pas la différence entre la notion du Bio et les OGM.

En ce sens, l’entreprise BioProtect œuvre depuis plusieurs années pour la production de légumes biologiques au Burkina Faso et sa démocratisation. Au travers de cette démarche de sensibilisation, BioProtect s’est attaquée à la racine du problème en touchant d’abord les producteurs agricoles. Par l’adhésion de plus de 2000 producteurs à leurs fertilisants biologiques, ils font d’abord changer les mentalités de ces communautés de petits producteurs. Ensuite, les légumes biologiques produits sont vendus au grand public à un prix légèrement supérieur à celui des légumes conventionnels. Ainsi, pour toucher encore plus de personnes, des visites de fermes sont organisées gratuitement par l’entreprise pour des volontaires de Ouagadougou, afin de découvrir concrètement la réalité du maraîchage biologique. Pour le moment, les principaux clients sont les expatriés et les cadres, représentant les classes les plus aisés du Burkina Faso. Mais BioProtect espère que le travail de fond réalisé actuellement touchera toutes les couches de la société d’ici quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *