Yoon Wi | Le chemin #5 – Marcellin Drabo et André Béré

En plein boom solaire, ils misent sur la qualité pour faire la différence

Yoon Wi, la série qui présente ces entrepreneurs qui se bougent pour leur communauté en Afrique de l’Ouest ! Au fil des vidéos, découvrons le chemin parcouru par ces hommes et ces femmes qui améliorent la vie des populations locales en créant leur entreprise. Le cinquième et premier épisode du Sénégal vous présente l’aventure de Marcellin Drabo et André Béré.

Si vous passez dans les rues de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, vous apercevrez surement ces panneaux solaires exposés au bord des routes, en vente dans n’importe quel petit commerce. Profitant du boom de l’énergie solaire dans toute l’Afrique, de nombreux vendeurs se sont jetés sur l’aubaine, au point de décrédibiliser le secteur. C’est tout le contraire de Marcellin et André, associés pour créer une entreprise aux services de qualité.

Amis depuis l’enfance, Marcellin et André ont d’abord eu leur propre expérience professionnelle : le premier dans l’électricité avec une ONG, le deuxième dans une banque. En 2009, après de nombreuses discussions entre amis, ils établissent ensemble un constat : la demande en électrification est présente au Burkina Faso et le solaire est une ressource à fort potentiel pour y répondre. Plus de coupure de courant, fort ensoleillement dans cette région, énergie propre renouvelable, les atouts sont multiples. Depuis leurs domiciles et avec des ordinateurs venant du cybercafé d’un ami, ils créent ensemble l’entreprise AES – Africa Energy Solaire.

« On savait qu’il y avait le besoin en énergie qui était là, mais nous voulions surtout trouver de bons équipements et de bons partenaires » 

Au même moment, de plus en plus de commerçants profitent de la chute des prix des panneaux solaires pour proposer des solutions à bas prix au grand public. Cependant, on ne s’improvise pas expert en dimensionnement de systèmes solaires. Batteries disproportionnées, matériel de contrôle inexistant, manque de sécurité : les solutions vendues ne sont pas fiables et les systèmes se cassent trop rapidement. Le grand public perd peu à peu confiance en cette nouvelle technologie et devient méfiant.

Lorsque le système solaire est hors service à cause d’une défaillance matérielle, la technologie solaire peut rendre les populations dépendantes. Alors, sert-elle vraiment le développement humain ? On peut se poser la question.

Heureusement, dans ce contexte, Marcellin et André décident de se différencier de leurs concurrents avec une vision claire et sincère : les systèmes doivent durer dans le temps et être et de qualité. Petit à petit, ils démarchent des partenaires reconnus du domaine et affinent leur démarche. Tout est réuni pour obtenir des clients satisfaits. C’est d’ailleurs principalement par le bouche à oreille que l’entreprise conquiert de nouveaux marchés, même face aux entreprises internationales présentes dans la région.

Aujourd’hui, l’entreprise compte 14 employés, des centaines d’installations et s’affirme comme l’une des références en terme d’énergie solaire au Burkina Faso. AES a maintenant la volonté d’élargir son action vers les zones les plus reculées du Burkina Faso, avec un système de paiement adapté à ces populations (Pay-As-You-Go, paiement mensuel par SMS).

« On est parti d’un capital zéro, mais le plus gros capital c’est ce qu’on a dans la tête »

Dans le solaire comme dans d’autres secteurs, l’émergence de nouvelles technologies apparait souvent comme une opportunité à saisir pour ceux qui souhaitent créer leur activité. Mais quand la plupart des entrepreneurs y voient seulement une occasion de gagner de l’argent, les vrais professionnels cherchent eux à les maîtriser et engagent un langage de vérité avec les populations pour les satisfaire réellement.

Cette mentalité, Marcellin et André tentent de l’appliquer au jour le jour : sincérité, satisfaction du travail accompli et emplois créés sur la durée. Et si c’était ça, le secret d’un développement durable de la société ?

Pour retrouver les autres portraits, rendez-vous ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *